La Marianne d’Obey vandalisée pleure des larmes de sang

person Posté par: Edouard Mazel list Dans: Street art Sur: comment Commentaire: 0 favorite Frappé: 962

Le vandalisme fait parti de la vie d'une oeuvre réalisée dans la rue.

Il est parfois naturel, lié à la météo ou à l'usure du temps qui passe et parfois d'interventions volontaires.

Mais rarement une intervention sur l'oeuvre d'un street artiste transforme autant le message d'origine de l'oeuvre.

Ici l'action est tout particulièrement symbolique, car elle représente Marianne avec la devise de la France "Liberté, Égalité, Fraternité" et que cette oeuvre se trouve également dans le bureau du président Macron.



Dans le contexte très tendu des violences policières et d'une loi pour encadrer le droit de filmer la police, cette action à un écho très particulier et semble t-il inédit.

Qu'en pensez vous ? 

C'est du street art donc cela fait parti du jeux d'être vandalisé ? Ou au contraire ils n'auraient pas du, car il ne respecte pas le travail de l'artiste ?

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment!

Laisse ton commentaire

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Samedi Janvier Février Mars Avril Mai Juin Juillet Août Septembre Octobre Novembre Décembre

Nouveau compte S'inscrire